• alt text
  • alt text
  • alt text

GAUDÍ,(FRA) L'ARCHITECTE DE LA SAGRADA FAMÍLIA

UNE BRÈVE BIOGRAPHIE

TORSIMANY BOOKS

29,00 IVA incluido

Anton Gaudí i Cornet (1852-1926) est l'architecte le plus populaire de l'histoire. La révolution qu'il a opérée dans l?architecture et les arts plastiques a jeté les bases de l'art actuel et futur. L'ouvre de Gaudí est une quête de perfectionnement de l'art, de l'individu et de la société humaine. Lui-même l'exprimait en ces termes : « Pour bien faire les choses, il faut d'abord l'amour, ensuite la technique. »Gaudí naît en Catalogne le 25 juin 1852. Enfant, il est souvent malade et ne peut assister régulièrement aux cours. Il est contraint de passer de longues périodes à la campagne, où il assimile la lumière méditerranéenne et les images de la nature, qu?il considérera toujours comme sa grande maîtresse. Par ailleurs, il aide son père à l?atelier de chaudronnerie et apprend ainsi les vertus du travail et la transformation des surfaces en volumes, ce qui favorisera le développement de son imagination spatiale. Il fait ses études secondaires au collège des pères des écoles Pies de Reus. Pendant la Révolution de 1868 (surnommée « la Glorieuse » en Espagne), Gaudí s?installe à Barcelone pour étudier l?architecture, sa passion. Étudiant médiocre, il passe toutefois de longues heures à examiner des photographies de bâtiments orientaux et assiste à des cours de philosophie, d?esthétique et d?histoire. Il fréquente les salles de concert, le théâtre classique et moderne, les récitals de poésie et les réunions d?intellectuels. Il visite en outre les monuments et contemple les paysages de Catalogne. Gaudí adhère au mouvement catalan de la Renaixença , dont il deviendra l?une des figures de proue.Très tôt, Gaudí prend conscience de son génie artistique et du fait que ses idées ne sont pas une répétition ou la simple continuation de ce que les architectes ont fait jusqu?alors. La seule chose qui l?effraie, c?est la perspective qu?aucun autre architecte n?ait mises ces conceptions en pratique avant lui et de devoir être le premier à le faire. Après avoir découvert et étudié les lois géométriques et constructives inhérentes à la nature ? le chef-d??uvre du Créateur ? il entend réaliser son art en se basant sur ces modèles ; non pas pour copier la création, mais pour la continuer, en coopérant avec le Créateur. C?est ce qu?il entend par la formule : « L?originalité consiste à retourner aux origines. » Il fait la connaissance d?Eusebi Güell, éminent homme d?affaires doté d?une sensibilité artistique aigüe, qui comprend d?emblée Gaudí et deviendra l?un de ses meilleurs amis et son principal client tout au long de sa vie. Parmi les nombreux projets que l?architecte réalise pour lui, citons les portails de la Finca Güell, le Palau Güell, les caves de la Quadra del Garraf, le pavillon du Catllaràs et les deux ouvrages les plus inventifs de sa maturité : le Park Güell et l?église de la Colònia Güell.Jeune homme, il vit de très près et étudie à fond les problèmes du syndicalisme et surtout les conditions d?existence particulièrement précaires du prolétariat. À l?époque de la Première Internationale, où le socialisme de Marx côtoie l?anarchisme de Bakounine, Gaudí travaille comme architecte pour La Obrera Mataronense, une coopérative ouvrière de Mataró, qui prône l?union du capital et du travail en un seul composant : l?ouvrier coopératif. La Obrera Mataronense a été la première usine de Catalogne et l?une des premières au monde à appartenir aux travailleurs. En 1883, Gaudí, alors âgé de 31 ans, est chargé de poursuivre les travaux de la Sagrada Família, qui viennent de commencer. Il y installe son étude et, pendant les 43 années qu?il lui reste à vivre, il consacrera ses énergies à développer, dans le projet de cette basilique, ses idées sur la structure, la forme et le symbolisme, qu?il fusionnera en une synthèse de formes rationnelles issues de la nature.Gaudí se lie d?amitié avec plusieurs clercs novateurs en matière de vision sociale et de liturgie : le poète et prêtre Jacint Verdaguer ; Joan Baptista Grau, évêque d?Astorga, dont il construit le palais épiscopal ; Enric d?Ossó, fondateur des Thérésiennes, qui lui confie le projet de la maison centrale de l?ordre ; Pere Campins, évêque de Majorque, qui lui demande de restaurer sa cathédrale, etc. Enfin, son amitié avec Josep Torras i Bages, évêque de Vic, idéologue chrétien de la Renaixença en Catalogne, mérite une mention spéciale. Gaudí mène de front son travail à la Sagrada Família et d?autres projets, ambitieux ou modestes, pas seulement pour l?Église ou pour Güell, mais aussi pour d?autres clients, comme El Capricho, la Casa Vicens, la Casa Calvet, la Casa Batlló, Bellesguard ou la Pedrera. Gaudí tentera à plusieurs reprises de se marier, sans jamais y parvenir. Sa religiosité s?intensifie peu à peu. Ainsi, pendant le carême de 1894 ? il a alors 42 ans ? il s?astreint à un jeûne sévère au point de mettre ses jours en danger. En 1906, à 54 ans, il emménage dans une des maisons du Park Güell. Chaque matin, il se rend à pied à l?église paroissiale de Sant Joan de Gràcia pour participer à l?eucharistie et poursuit ensuite sa route vers la Sagrada Família. L?après-midi, son travail terminé, il va à l?église de Sant Felip Neri pour pratiquer ses dévotions personnelles. Convaincu que, sans sacrifice, il est impossible de mener à bien le moindre projet, il s?adonne à une vie de pénitence et de pauvreté volontaire.Gaudí désirait mourir à l?hôpital de charité chrétienne, pauvre parmi les pauvres. Dieu exauce son souhait. Le lundi 7 juin 1926, il est renversé par un tramway. Les passants, qui ne le reconnaissent pas, concluent à ses vêtements usés qu?il doit s?agir d?un mendiant et le conduisent à l?hôpital des pauvres Santa Creu. Trois jours plus tard, entouré de ses amis, il prononce ses dernières paroles : « Mon Dieu! Mon Dieu! »Ses funérailles attirent une foule immense, qui accompagne sa dépouille mortelle de l?hôpital à la crypte de la Sagrada Família, où Gaudí est inhumé.